menu
close search popup

Guide de démarrage panneau solaire photovoltaïque

Auteur : NdK

Le 10/06/24

Lectures : 237

      Quelle solution de batteries, quel abonnement EDF choisir ? Quel solution d'onduleur ? Comment installer ses panneaux ? Par où commencer quand on se lance ?

On dit que le photovoltaïque n'a jamais été aussi intéressant en moyenne avec entre 8 et 10 ans de retour sur investissement. On entend aussi que c'est trop cher et impossible à rentabiliser. Pourtant il est possible d'obtenir un prix de revient dukW photovoltaïque entre 8 et 11 centimes.

Il peut être tentant pour qui paie 1400€ annuel de facture d'électricité de suivre ceux qui s'équipent d'une installation photovoltaïque et arrivent à la réduire à 150€/an avec la vente de leur surplus d'énergie !

En partant du principe que le prix du kWh va augmenter et de l'inflation, l'amortissement en serait que plus rapide. Partons d'une question simple, à priori mais qui est en réalité complexe Vous allez voir qu'il faut adapter la réponse suivant chaque cas.

Est-ce rentable d'avoir des panneaux photovoltaïques ?

Comme pour tout achat, le prix d'acquisition initial contribue fortement dans le taux de rentabilité ou durée avant retour sur investissement.

Par exemple en maison neuve de moins de 2 ans, le taux de TVA est de 20%. Ensuite il sera de 10%.
Il peut donc être tentant de différer l'installation ou de s'équiper progressivement.

La pertinence d'une installation avec des panneaux solaires photovoltaïques dépendra de vos besoins à connaitre, nous y reviendrons, mais aussi de la puissance installée.

On distingue principalement ces tranches : inférieur à 3000Wcrète.

Tableau du prix de revient d'une installation photovoltaïque en fonction de la puissance

Puissance panneaux en kiloWatt-crète3 kWc4,5 kWc6 kWc9 kWc
Prix de revient en euro TTC constaté en FranceUne installation de 3 kwc coûte entre 6000 et 8000 eurosenviron 10000€environ 12000€environ 15000€
Pour quels besoins ?Suffisante pour couvrir les besoins courants d'une petite maisonSuffisante pour couvrir les besoins courants d'une maison de taille moyenneSuffisante pour couvrir les besoins courants d'une grande maison ou avec des consommateurs (PAC, chauffage 100% électrique, piscine

Gros consommateur avec objectif de revente de l'excédent

Attention, une puissance crête supérieure à 6kWc peut obliger un passage en triphasé

Une installation de 3 kWc coûte entre 6000 et 8000 euros. Si une grande enseigne vous en propose le triple, vous trouverez mieux ailleurs auprès de professionnels qui pratiquent des prix plus honnêtes.

Si vous avez un devis en main ne signez rien trop vite, demandez-en plusieurs pour effectuer un comparatif voire demander un avis sur les groupes communautaires sur le photovoltaïque.

Rentabilité financière par rapport au coût initial

La facture du fournisseur et de le l'installateur n'est pas la seule dépense à prendre en compte dans le calcul du prix de revient d'une installation.

Il faudra intégrer au projet des éléments suivants :

  • amortissement ;
  • coûts cachés (CSG, TURPE et d'autres dépenses à intégrer);
  • coût de remplacement (durée de vie onduleur 12 ans);
  • primes et subventions disponibles (prime de vente surplus, etc.).

De nombreux commerciaux utilisent des techniques pour vous vendre un projet très rentable sur le papier, mais que vous risquez de payer trois fois sa valeur. Lisez le chapitre sur ces techniques de commerciaux peu scrupuleuxà connaitre pour éviter de s'engager trop vite et savoir comment réagir pour s'en dépatouiller même quand on a signé.

Rendement attendu

Quelle sera la production annuelle estimée ? Sur cette production,
Quelle sera la part auto-consommée ? Combien d'économies cela représente ?
Quelle sera la part non consommée vendue ? Pour quels revenus annuels ?
En intégrant les divers dépenses associées, quel gain annuel je peux attendre ?

Et sur 20 ans ?

Calcul du rendement panneaux solaires photovoltaïques

Analyse financière

Vous pouvez faire une première estimation sur le site "Base de données d'installations Photovoltaïques" : https://www.bdpv.fr/fr/verifDevis.php

-> Jouez avec l'exposition des panneaux solaire pour simuler l'impact de leur orientation sur la production.

Estimer la durée d'amortissement

Exemple pour une installation de 4,5 kWhc :

  • prix de revient (après prime) : 10000 à 10500 euro
  • durée d amortissement : 15 ans (soit + 25 % !).

Signer un bon de commande à 10/15k€ pour 3kwc c'est impossible à amortir en moins de 15/20 ans voir plus, selon la région.

Objectif d'amortissement 7 à 10 ans. Avec une estimation moyenne de prix de revient à 0,16 €/kwh, la durée d amortissement serait de 12 ans.

Il faut aussi tenir compte de la durée de vie de l'onduleur une douzaine d années donc compter 2 onduleur soit 3000 € minimum en 25 ans. Cela ajoute 3 ans supplémentaires avant amortissement. On arrive à 18 ans ! Plus encore s'il faut souscrire à un prêt bancaire pour couvrir l'investissement.

Placer 10500 € à 7% -30 % de flat tax cela fait 515 €/an et le capital est conservé. 515 € x 18 ans on est à 9200 € de gain soit 90 % de capital supplémentaire.

Avec les PV je ne gagnerai donc sur 25 ans que 7 x 775 € = 5425€... Soit environ 2,2 % de rendement/an avec perte du capital. Cela mérite de se poser la question avant de se lancer. Financièrement parlant en terme d'investissement, ce n'est pas le plus rentable.

En revanche il faut tenir compte de externalités positives : recharger sa batterie de véhicule électrique et produire de l'eau chaude toute l'année, chauffer sa maison en hiver, filtrer et chauffer une piscine en inter-saison : cet investissement mérite d'être étudié de près surtout pour les gros consommateurs.

Exemple de calcul pour 6kWc

Une installation solaire payée 6kWc 11000€ TTC - l’aide à l’autoconsommation = 9500€ environ.

La prime à l’autoconsommation d'environ 1100 euros versée par EDF OA un an après la mise en service.

Prenons l’année 2022 en référence. Autoconsommé 4700kwh soit à 0,23€/kwh le prix d’achat de l’électricité soit 1081€ d’économisé non acheté sur le réseau. A cela ajoutons 2700 kWh vendus à 0,10€/kwc soit 270€. Soit pour 2022 : 1351€ ttc. Sans tenir compte du prix du kWh d’électricité qui explose cela nous fait 9500€ de dépense initiale pour /1351€ de retour sur investissement annuel soit 7ans de retour sur investissement.

Autre exemple de calcul pour 6kWc

6kWc : l'installateur a prévu 6300kWh, facture à 11110€.

La prime est de 2220€, reste à charge 8900€ payé comptant, pas de crédit. Le prix de vente est de 0.1339. Avec un abonnement Tempo, le tarif du kW importé est de 0,1369 (augmentation en février).

Sur la base de 55% autoconsommation : 3465 x 0.1369 = 475€
vente de 2835 x 0,1339 = 380€
donc 855€.

Durée pour amortissement : 8900 / 855 = 10,40 ans.

Pour être juste il faudrait considérer les 8900€ placés et le prix réactualisé du kWh, il prend 10% dans 1 mois. Et pour l'instant je paie 0,1056 en HC pour mon VE, CES ,LV, LL et je vends à 0,1339.
Je pense être à 9 ans maxi ce qui me convient bien, surtout que d'après l'installateur 6300 sera un minima, il a préféré sous estimer.

Envisager l'auto-installation et auto-consommation

La question de l'installation par une entreprise agréée RGE se pose sérieusement pour revente du kWh dans une perspective d'amortissement et de retour sur investissement.

Faire le calcul de l'auto installation de PV ou via RGE qui a l'avantage de permettre la revente surplus. Le surcoût RGE/auto installation se rembourser en quelques années après c'est tout bénéfice.

Il existe des astuces pour tirer le meilleur bénéfice de votre installation photovoltaïque et c'est le propos de cette série d'articles.

Avant de parler solution, matériel et devis, avez-vous étudié réellement vos besoins ?

Installer ses panneaux solaires

Pertinence du projet

Il n'y a pas que l'aspect financier qui entre en compte dans l'élaboration de votre projet de panneaux photovoltaïques. Vous pouvez effectuer une comparaison avec d'autres sources d'énergie pour vous assurer que vous vous engagez en connaissance de cause et que vous êtes OK avec ces éléments :

  • Disponibilité ;
  • Flexibilité ;
  • Impact environnemental ;
  • Fiabilité (durée de vie, maintenance, garanties, résistance aux intempéries) ;
  • Degré d'autonomie énergétique ;
  • Rendement énergétique (pertes, optimisations).

Cette démarche reste personnelle. A vous de mener votre enquête et de poursuivre votre projet si résultats que vous trouverez vous paraissent les solutions "les moins pires" si ce n'est les meilleures.

Affiner votre projet suivant ces possibilités

Il n'y a pas que la rentabilité financière qui entre en jeu. Vous pourrez chercher :

-> Comment valoriser le surplus pour diminuer les factures ?
-> Est-il pertinent de surdimensionner son installation pour vendre ?
-> Faut-il augmenter énormément le budget pour aller chercher des aides et quelques dizaines/centaines d’euros de vente mensuel ?

Spoiler alert : Cela n'a peu de sens sur les petites surfaces, mais s'envisage pour un gros besoin et dans une perspective long terme.

Vous trouverez des pistes pour vous aider à faire vos propres estimations car de nombreux paramètres entrent en jeu (région, type d'installation, besoins, abonnement, heures creuse heures pleines, fonctionnement optimisé, stockage d'énergie, etc.).

Publicité

Quelles aides pour mon installation ?

Quelles aides pour installation photovoltaïques panneaux

Comment construire une installation photovoltaïque évolutive (progressive)

- choisir un onduleur centralisé hybride
- créer une nouvelle chaine : quelles implications la modification de puissance de l'installation engendre sur son contrats de vente ?

Pourquoi autoconstruire ?

Faire soi même l'installation, avec moins de puissance et l'objectif d'autoconsommer au maximum est très judicieuse d'un point de vue montant initial dépensé et maximisation de l'exploitation.

Optimiser sa consommation photovoltaïque

De quelle puissance a-t-on réellement besoin ?

L'analyse des besoins peut apporter de nombreuses informations qui seront utiles pour optimiser sa production et sa consommation photovoltaïque.

Il est tentant de toujours vouloir plus, mais le supplément peut être superflu, accroitre significativement le prix de revient et donc la durée de retour sur investissement.

"Je souhaite que mon installation photovoltaïque couvre presque ma consommation. Je n'ai pas besoin de produire plus ni de verser des kW sur le réseau et en tirer des bénéfices." est une approche très sage de la question.

Quid des besoins à venir (pompe de piscine, SPA, véhicule(s) électrique(s),extension de maison, etc.

-> Comment autoconsommer tout en limitant son investissement ?

Quels réglages ?

Il est important de suivre sa production pour adapter sa consommation avec les phases de production.
Il existe un outil simple et gratuit à mettre en place avec BDPV. (https://doc.bdpv.fr/fr/index.php/ufaqs/bdpv-et-le-linky/)
Toutefois il y a fort à parier que votre ondulateur soit associé à une application et reliable à la domotique.

Quels réglages et quelles fonctionnalités permettent d'optimiser sa production ?

Voici les astuces incontournables pour comprendre, suivre et optimiser sa production et sa consommation électrique.

Comment optimiser son autoconsommation ?

Faut-il installer un routeur de chauffe-eau ou la domotique peut-elle suffir ?

-> Pourquoi autoconommer ? Commentoptimiser son taux d'autoconsommation?

C'est un sujet en soi qui fait l'objet d'un article : Optimiser son installation photovoltaïque

Stockage autoconsommation ou versement sur le réseau ?

Stocker ou vendre son électricité ?

Suite à l'arrêté tarifaire du 6 octobre 2021, trois options sont possibles pour votre installation :

1. Autoconsommer et ne rien reverser au réseau

Plusieurs solutions existent pour autoconsommer sans reverser au réseau :

  • tout consommer,
  • stockage batteries ou batteries virtuelles, vous trouverez les informations à connaitre en poursuivant la lecture.

Autoconsommation

Dans ce cas, la vente de votre production d'électricité n'est pas possible. Voir le sujet autoconsommation:

Note : il reste possible d'installer un réseau de secours avec quelques panneaux non connectés au réseau ENEDIS et des batteries à décharge lente pour avoir une solution fonctionnelle en cas de coupure du réseau. Certains onduleurs permettent d'intégrer ces sécurités (viser les modèles avec fonction on gride et off gride comme le Sofar solar ou autre comparable. Voir le sujet onduleurs

2. Vendre la totalité de sa production

Vendre sa production photovoltaïque peut être intéressant si vous n'êtes pas prêt à changer vos habitudes pour essayer d'autoconsommer.

Tarif d'achat par EDF et tarif de vente EDF Tempo heures creuses assez comparable.
Tester si vous arrivez à limiter la consommation les jours rouges
+ utiliser l'énergie du réseau et revendre.

Cependant cette solution n'est souvent pas la plus pertinente car :

  • vous supportez une immobilisation financière ;
  • vous ne bénéficiez pas de l'effet production solaire gratuite que permet l'autoconsommation.
  • En France, le tarif d'achat du kWh produit n'est pas assez attractif comparé au à celui acheté sur le réseau ;
  • il faudra tenir compte d'une baisse du tarif du Kwh au-delà de 9 kWc de panneaux et ces évolutions dans le temps ;
  • l'installation demande un second Linky via installateur RGE + nouveau PDL ;
  • vous devrez établir la facture tous les ans


Note : Il est possible de cumuler une première installation vente totale avec une seconde installation autoconsommation totale. Cela implique une nouvelle demande de raccordement, un seul contrat et de vérifier qu'au centre des Impôts votre installation soit bien enregistrée à 3kWc ou mois pour rester exonéré. Il faut repasser par un installateur RGE pour augmenter la puissance installée.

3. Vendre le surplus à son fournisseur d'énergie

vente ou revente du surplus de production kWh à EDF OA Enedis

Après validation du Consuel d'une installation effectuée par professionnel RGE, vous pourrez vous brancher au réseau pour reverser et vendre l'énergie produite non consommée, pour 13 centimes du kW/h. mais ça ne sera que le surplus, c’est à dire ce que vous produisez et ne consommez pas dans votre maison.

Revendre son excédent est valable pour une installation qui autoconsomme beaucoup et revend peu car le prix de vente du kiloWatt produit vendu est inférieur à celui produit et consommé.
Suivant les cas, vous pouvez bénéficier de la prime à l'autoconsommation. Il faut faire poser son installation par une entreprise RGE pour vendre à EDF OA (d'autres fournisseurs existent).
La vente du surplus n'est autre que des formalités administratives.

Pose entreprise RGE -> vente de sa production à EDF OA -> prime à l'autoconsommation

L'Installation en revente partielle implique :

  • d'établir un contrat d'achat photovoltaïque
  • de disposer d'un compter bi-directionnel (voire deux compteurs)
  • respecter la règlementation sur la revente partielle
  • de partager l'électricité produite non consommée
  • d'établir un tarif de rachat
  • de contrôler la production

EDF OA, quel tarif, quel abonnement ? Voici tout ce qu'il faut savoir avant de vendre sa surproduction Photovoltaïque.

Augmenter sa capacité

Vous ne pourrez pas signer un CACSI en plus du contrat en cours.

Voici les 3 possibilités pour augmenter le nombre de panneaux quand on est déjà en contrat avec EDF OA :

• via installateur RGE, 18 mois après la mise en service de l'installation actuelle ;

• sans installateur RGE, avec onduleur ne permettant pas l'injection ( idéalement de la même marque que l'actuel pour être en maître/ esclave) ;

• sans RGE : en installant un système ESS type Victron (autonome fonctionne hors alimentation réseau ce qui permet d'avoir du courant en cas de coupure de courant, via la production solaire et via les batterie)s.

Augmenter sa capacité de production solaire

Vocabulaire :

MPPT = régulateur de charge
grid = réseau
grid inverter = convertisseur courant continu / courant alternatif
loads = accumulateurs (les batteries)

Kit plug and play à brancher sur une prise électrique standard

Dans une logique d'autoconsommation, pour un budget d'environ 2000€ vous pouvez bénéficier d'une installation de 3 kW. Ces dispositifs multiplient les avantages mais il faut savoir que les fils électriques domestiques devront être renforcées. La section nécessaire varie assez rapidement en fonction de la longueur séparant la prise où la batterie est branchée et le tableau électrique.

Avantages

  • Plug & Play : tout est compris (câble certifié, micro-onduleur, panneaux) ;
  • Idéal pour autoconsommer l'énergie produite, autonomie ;
  • Installation facile, peu de démarches ;
  • Possible d'installer un P&Pen supplément d'une petite installation photovoltaïquedans la limite d'un abonnement 6kWc en monophasé et sans revente (ou un peu plus en triphasé selon votre abonnement sur réseau ENEDIS).

Inconvénients

  • Limité à une puissance de 3 kW et souvent moins pour ne pas surchauffer les fils électriques domestiques ;
  • pas très intégré : à poser dans son jardin, etc. et à proximité d'une prise de courant ;
  • Attention les extensions d'installation si utilisé en plus d'un EDF OA risquent de ne pas être acceptées et de devoir rembourser l'intégralité du contrat.

Au final, les kits Plug and Play sont souvent limités à 2 kW si branchement sur prise réseau. L'électricien considèrera qu'il ne faut pas aller au delà pour éviter des problèmes d’impédance et risquer un sinistre incendie.

Exemple de marques de Kits Plug and Play :

Choisir son matériel : quel panneaux et onduleurs choisir ?

Choisir ses panneaux photovoltaïques

Un panneau produit pendant plus de 30 ans. Les constructeurs garantissent un 80% de la puissance initiale jusqu'à 25 ans. Sur certaines installations anciennes peu performantes, il peut-être judicieux de les renouveler et revendre vos vieux panneaux. Ils pourront encore servir.

En plus de la situation géographique (au sud) et des ombres portées et de la saison (été / hiver),la production est extrêmement influencée par l’orientation des panneaux (Est- ouest, sud ?) et la pente, l'incidence des rayons du soleil sur les panneaux.

Se référer aux cartographies de production PV attendues par kW/m2.

Stimuler sa production en fonction de sa région et de l'installation souhaitée

Inutile de multiplier ses panneaux pour couvrir sa consommation hivernale, la production estivale serait trop importante donc le coût de l'installation disproportionné.

Ensuite Bifacial ou pas en toiture ?
Voir l'article avec nos conseils pour bien choisir ses panneaux photovoltaïques

Choisir son onduleur solaire

L'onduleur est une pièce centrale de l'installation photovoltaïque.

Onduleur centralisé ou micro onduleur ? Dans cet article, quellebatterie.com revient sur les notions, critères et paramètres à connaitre pour faire son choix. Voici les principales informations pour faire son choix.

D'une manière générale, plus il y a de panneaux, plus l'onduleur centralisé s'impose comme solution.

Onduleurs réseau

Fonction qui permet d'injecter une partie de la production sur le réseau ENEDIS.

Onduleur batterie

Il a pour fonctions de gérer la charge et la décharge en convertissant l'énergie DC en AC. Il régule la charge des batteries afin d'optimiser leur durée de vie.

Onduleurs solaire hybride

Cet onduleur détermine la source d'électricité la plus économique pour vous entre le photovoltaïque, vos batteries et le réseau électrique. Il a pour rôle de piloter le parc de batteries solaires et ainsi de gérer au mieux la charge et la décharge en tenant compte du besoin de consommation et de la production des panneaux solaires.

Micro-onduleurs (MO)

Chaque panneau possède son (micro) onduleur qui est installé en dessous du panneau, à l'extérieur donc et le plus souvent sur le toit. Cette solution entraine une perte de puissance sur l'installation.
Un panneau de 440Wc de puissance associé à un MO iq8hc fournit une puissance maximale de 380Wc (Watt crête) soit la perte de 60W par panneaux.

Pour une installation de 6kWc de panneaux installés, il est possible d'espérer une puissance une production de 5200kW soit une perte de puissance de 800W (13%).

La même installation de panneaux associés à un onduleur centralisé Fronius 6kW permet d'espérer 6kW soit prèsque 100% de la puissance de l'installation.

Onduleur centralisé

Voici les principaux critères de choix d'un onduleur solaire :

  • Monophasé ou triphasé selon votre installation domestique ;
  • Branchement en parallèle possible pour un onduleur maitre et les autres esclaves afin d'augmenter la capacité de stockage et la puissance de sortie de votre installation via les batteries solaires ;
  • Gestion des sources d'électricités avec ordre de priorité panneaux solaires, batteries solaires, réseau ENEDIS ;
  • Capable de fonctionner sans réseau électrique (sortie EPS) ;
  • Gérer la charge et décharge de vos batteries de manière intelligente (à tension élevée)
  • Zéro injection en surplus : fonction régulateur de la tension intelligent pour que les panneaux produisent uniquement les besoins ;
  • Connexion WiFi et application smartphone (à ne pas négliger car usage quotidien) ;
  • Fonction plage horaire pour recharge des batteries (pour les recharger pendant les heures creuses).

A paraitre : notre comparatif Quel meilleur onduleur solaire choisir ?

Choisir le système de fixation des panneaux

Des normes existent. Elles visent avant tout à éviter les accidents et protéger la valeur patrimoniale de vos biens.

Support aluminium. Des kits sont disponibles.

Ces informations sont traitées plus en détail dans notre article sur l'autoconstruction.

Auto installation ou installation par un professionnel ?

Il existe plusieurs types d'installations de panneaux solaires :

Intégré au bâti (IAB)

Tuiles briques, dont la vente de la production était bien valorisée jusqu'en 2018.

Installation au sol

Des contraintes à respecter :

  • Inclinaison de plus de 5° ;
  • Eloigné de tout obstacle pouvant provoquer une ombre portée, minimum 1,50 de distance ;
  • Idéalement à moins de 1m80 pour simplifier les démarches administratives ;
  • Il faut de la place au sol.

Pourquoi privilégier des panneaux photovoltaïques posés au sol ?

  • Evite les frais d'installation supplémentaires + d'entretien pour nettoyage des panneaux par rapport à une installation sur toit ;
  • Compatible avec un sytème de suivi solaire ;
  • économique donc favorise la rentabilité économique ;
  • peut avoir un double usage (ombre carport ou tonnelle ou pergola bioclimatique) ;
  • bien pour l'intégration paysagère.

Installation en surimposition ou intégration simplifiée au bâti (ISB)

L'installation sur toiture s'effectue en général par un professionnel RGE ce qui permet de prétendre à la vente du surplus d'énergie produite avec EDF OA.

Les panneaux reposent sur des rails.

  • Effectué par un professionnel RGE, ce raccordement donnera droit à la seule prime existante sur le photovoltaïque en France ;
  • Il existe des règles à respecter (support alu, respect du débord, écartement entre les supports pour éviter l'arrachement en cas de vent fort). Votre responsabilité est engagée quant au respect des règles de sécurité en bâtiment : harnais, barrières, etc.

L’installation en toiture coûte dans les 10 000 € lorsque c’est fait par un pro. Ce prix est en majeur parti justifié par le coût de la main d'oeuvre. En contrepartie, vous bénéficiez d'une garantie décennale sur l'installation (qui s'ajoute à la garantie matériels de 25 ans sur le matériel).

Réaliser l'installation soi / autoinstaller

Avant la pose, penser au nettoyage et peinture du toit (si bifacial).

Vous pouvez réaliser l'installation vous même pour 2000 à 3000€ voire un prix de revient global à 5000€ installé soi contre 20000 par un pro. En plus d'avoir le temps, les compétences et les outils, il faudra le faire dans le respect des normes pour l'assurance habitation.

En installant soi même on ne peut pas revendre le surplus à EDF OA et on ne peut pas prétendre à une prime mais c'est la meilleure solution pour obtenir une installation à moindre coût.

La déclaration Enedis et Consuel sont obligatoires si branchement sur le compteur et pas obligé si branché direct sur prise de courant.

En signant le CACSI vous vous engagez à ne pas injecter sur le réseau.

Dimensionnement / Branchement des câbles / Normes

Norme UTE C157 12 (approuvé en 2008): Réseau basse tension pour le installations photovoltaïques non autonomes raccordées au réseau public. Elle concerne notamment la protection des câbles de courant continu (terre, masse, foudre, surintensité, court-circuit, découplage, chute de tension, etc.)

Version PDF

Tableau électrique (TE) : présence possible d'un inverseur de source pour de basculer du réseau vers les batteries.

Chez chez Enphase, le relais Q joue le rôle de disconnecteur / module de disconnection que l'on retrouve parfois chez les concurrents sous l'appellation Qrelais.

Normes tableau électrique

Tous les onduleurs installés doivent être conformes à la norme DIN VDE 126.

En cas de coupure du réseau, l'onduleur coupe instantanément la production photovoltaïque.

Il existe des solutions type backup (sortie hors réseau).

En cas de coupure, le coffret backup "coupe" le raccordement au réseau et indique à l'onduleur qu'il peut relancer la production car l'installation est désaccouplée du réseau

Il faut pour ça le matériel nécessaire onduleur hybride, coffret backup, éventuellement des batteries.

Exemple : Fronius Gen24, avec une sortie de 3kw max.

S'engager avec un prestataire

Trouver un prestataire fiable

Se renseigner sur la validité de l'assurance professionnelle, la "décennale" en règle avant le début du chantier.

  • Qualification RGEQUALIPV (label) par Qualit’EnR :
    • QUALIPV ELEC (partie électrique de tous types de systèmes photovoltaïques) et
    • QUALIPV Bât (inclut couverture, étanchéité) ;
  • Certification Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l'électricité)

Toujours obtenir plusieurs devis pour comparer

Il est courant que de grandes entreprises pratiquent des devis gonflés et qu'aux vues des sommes engagées, le porteur de projet d'une installation solaire photovoltaïque se demande après signature si les prix proposés sont conforme aux prix du marché. Il est possible d'éviter de payer triple le prix d'une installation en obtenant plusieurs devis pour comparer les offres.

  • Et proposant directement un contrat et pas un devis. Un contrat ou un devis signé vous engage, comparez !

Ces techniques commerciales... qui peuvent vous coûter cher

Cerains commerciaux peux scrupuleux utilisent les techniques suivantes pour vous mettre en confiance voire vous forcent la main pour un engagement ferme de votre part. Voici comment ils procèdent :

  • Ne pas inclure l'abonnement Enedis/EDF dans les calculs ;
  • Ne pas inclure le financement à crédit (taux de l'emprunt et surcoûts d'assurances etc.);
  • Tableau électrique ils vont y toucher ? Pour quel montant ? Demander le devis supplémentaire
  • Ne pas tenir compte de l'inflation ;
  • De multiples intervenants et sous-traitants ;
  • Se basent sur des niveaux de production gonflés au maximum. En fonction de l'angle de pose, des expositions choisies, il pourra y avoir des pertes. De même certains matériels écrêtent la production. Ajoutez à cela la perte de rendement des panneaux, le matériel à remplacer au bout de quelques années si casse, évolution du mode de consommation, etc.

En faisant miroiter des performances qui fonctionnent sur le papier mais moins dans la réalité, vous risquez d'être bien emballé au moment de la signature mais de subir une déconvenue une fois l'installation installée.

Ces astuces pour optimiser votre devis photovoltaïques

Des frais de branchement au réseau publique peuvent s'appliquer. En fonction de la faisabilité, ils pourraient être trop important pour se raccorder. Se rendre sur le site ENEDIS / Espace client onglet Raccordement > Simulation

Etude de structure (charpente)

Etude du sol

Ne pas souscrire au forfait administratif (mais vous effectuerez vous les démarches).

Le devis est il justifié par la garantie toiture décennale ou pas ?

La partie AC de l'installation peut être intégrée dans le tableau électrique existant.

Grande entreprise ou artisan local ?

Un artisan local pourra pratiquer des prix plus justes mais il pourrait disparaitre avant la fin de la garantie décennale. Dans le sud du fait d'une plus forte concurrence les prix sont plus compétitifs. Pas sûr une grande enseigne en tienne compte sur un premier devis.
Un acteur national aura moins de scrupule à emprunter l'identité du fournisseur d'énergie dans son identité nom et visuelle et proposer des petites installations de 3kW à 6kW mais pour un montant triple par rapport à celui pratiqué sur le marché !
L'échéance pour le retour sur investissement s'en trouve reportée de plusieurs années à tel point que l'opération financière n'a peu de sens.

J'ai déjà signé mon devis, que faire ?

Si vous avez déjà signé, ce n'est pas encore trop tard. Il est encore possible de se rétracter dans le cadre d'un délai règlementaire légal de rétractation.
Attention, il s'applique différemment selon le contexte de la signature, suivant s'il s'agisse d'un démarchage à domicile auquel cas il s'applique ou d'une signature sur foire ou salon. Dans ce cas les conditions étant spécifiques elles s'accompagnent d'un engagement ferme de votre part.
La rétractation peut survenir pour exercer votre droit, par refus de l'octroi du financement (crédit),donc par l'impossibilité d'honorer le paiement de votre part.

Vous pouvez tenter de différer le moment de la pose pour gagner un peu de temps et éviter une situation plus complexe (se rétracter après la pose et faire passer le démontage de l'installation par l'installateur).

Vous constatez des irrégularités sur la pose ?
Bloquez le solde si c'est encore possible et demandez une mise en conformité de votre installation.

Au moindre doute, se rapprocher du GPPEP Groupement des Particuliers Producteurs d’Electricité Photovoltaïque.

back to top